Foire aux questions

LE NEUROFEEDBACK EXISTE DEPUIS QUAND ?
La première expérience de Neurofeedback a été réalisée en 1965 chez les chats, tandis que le premier article scientifique a été publié en 1967. C’est en 1971 que le Neurofeedback a été introduit chez l’humain. La première pathologie visée était alors l’épilepsie. Les premières expériences (publiées en 1978) ont démontré que l’on pouvait réduire les crises épileptiques de 65% chez l’humain suite à des entraînements en Neurofeedback. Quelques années plus tard, les études ont débuté plus sérieusement afin de vérifier l’efficacité de cette approche pour les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/TDAH). À la suite de quoi, elles ont été concluantes.
COMMENT ÇA FONCTIONNE LE NEUROFEEDBACK ?
L’électrode placé sur la tête de l’individu capte l’activité cérébrale en temps réel. Si nous souhaitons stimuler une région précise du cerveau nous allons alors lire celle-ci en temps réel. Dès que le cerveau stimulera celle-ci, nous donnerons une récompense (une vidéo se mettra à jouer devant l’individu). Lorsque le cerveau cessera de stimuler la région visée, nous enlèverons la récompense (la vidéo arrêtera de jouer). Durant une session de Neurofeedback nous donnerons cette récompense entre 1500 et 2000 fois (souvent à l’intérieur de quelques minutes) Le cerveau comprend alors par lui-même qu’il doit stimuler la région en question afin d’obtenir sa récompense. Au fil des entraînements, à mesure que l’activité cérébrale revient vers la norme, nous observons une diminution et parfois même une disparition complète de la problématique.
EST-CE QUE VOUS DONNEZ UN DIAGNOSTIC MÉDICAL ?
Non. Bien que les neuropsychologues réalisent une évaluation détaillée de l’activité cérébrale en lien avec plusieurs problématiques, celle-ci n’est pas un diagnostic médical. Le but de l’évaluation est de déterminer quelles régions et paramètres du cerveau devront être entraînés en Neurofeedback afin de pouvoir aider les clients.
EST-CE QUE JE DOIS ARRÊTER MA MÉDICATION POUR L’ÉVALUATION ?
Neuroperforma ne peut pas faire de recommandation pour la prise ou non de médicaments. Plusieurs médicaments n’auront pas d’effets sur votre activité cérébrale. Pour des raisons de santé, il n’est pas recommandé d'arrêter votre médication pour l’évaluation. Certaines personnes décideront de ne pas prendre leur psychostimulant la journée de l’évaluation afin d’avoir une lecture plus précise de l’activité cérébrale sans médication. Toutefois, cette décision doit être prise par le client en consultant toujours son médecin préalablement.
COMBIEN DE SÉANCES FAUT-IL FAIRE POUR VOIR DES AMÉLIORATIONS ?
Habituellement, entre 1 à 2 semaines, vous pourriez commencer à voir des améliorations qui deviendront durables au fil des entraînements.
EST-CE QUE LES AMÉLIORATIONS SONT DURABLES ?
Il est démontré que les bénéfices obtenus avec le Neurofeedback sont habituellement durables et permanents. Nous pouvons même observer que ces nouvelles capacités cérébrales continuent à s’améliorer dans les mois suivants la fin des entraînements en Neurofeedback. Une étude publiée par Joël Lubar a démontré que les améliorations étaient maintenues même 10 ans après la fin des entraînements en Neurofeedback..
EST-CE QUE C’EST DANGEREUX OU EST-CE QU’IL Y A DES EFFETS SECONDAIRES ?
Les entraînements en Neurofeedback n’ont habituellement aucun effet secondaire. Il est toutefois normal de parfois ressentir une certaine fatigue dans les heures suivants l'entraînement considérant le travail cérébral effectué pendant une séance. Le Neurofeedback implique une réorganisation des réseaux cérébraux vers une organisation se rapprochant des normes. Il demeure donc possible, mais extrêmement rare, que cette progression vers la normale soit associée à certains signes que le sujet puisse trouver inconfortables ou désavantageux.
EST-CE QUE VOUS DONNEZ DES CHOCS ÉLECTRIQUES ?
Non. Les électrodes ne font que capter les signaux émis par le cerveau. Elles agissent comme des antennes.
EST-CE QUE C’EST EFFICACE POUR LE TDAH ?
Oui. Le Neurofeedback est maintenant classé comme un traitement de niveau 5 pour les troubles d’attention selon le « Evidence-based practice in biofeedback and neurofeedback 2016 ». Le niveau 5 est le plus haut niveau d’efficacité pour les approches thérapeutiques.
EST-CE QUE C’EST EFFICACE POUR L’ANXIÉTÉ ?
Oui. Le neurofeedback est maintenant classé comme un traitement de niveau 4 sur 5 pour les troubles anxieux selon le « Evidence-based practice in biofeedback and neurofeedback 2016 ».
EST-CE QUE C’EST EFFICACE POUR LES CHOCS POST-TRAUMATIQUE ?
Oui. Lorsqu’une personne subit un choc post-traumatique, des régions du cerveau vont s’activer afin de placer l’individu en « état d’alerte ». C’est pourquoi l’individu va souvent ressentir de l’anxiété, du stress et un sentiment d’hypovigilance. Le Neurofeedback a été démontré efficace pour calmer ces régions et ainsi diminuer l’anxiété chez les personnes atteintes de choc post-traumatique.
EST-CE QUE C’EST EFFICACE POUR LES TROUBLES DU SOMMEIL ?
Oui. Souvent dans les troubles du sommeil nous allons remarquer soit un cerveau qui est hyperactif (excès d’onde rapide comme s’il y avait de l’anxiété), soit un cerveau qui manque d’ondes lentes (lesquelles sont nécessaires pour avoir un sommeil récupérateur). Dans les deux cas, les entraînements en Neurofeedback permettent de ramener l’activité cérébrale vers un fonctionnement meilleur. Nous remarquons souvent une baisse et parfois même une disparition complète des troubles du sommeil.
EST-CE QUE LE NEUROFEEDBACK PEUT M’AIDER À M’AMÉLIORER DANS MON SPORT ?
Oui. Un cerveau plus performant peut certainement amener des améliorations dans les performances sportives. Plusieurs athlètes de haut niveau font maintenant appel au Neurofeedback afin d’améliorer leur niveau de concentration, diminuer leur anxiété, améliorer la qualité de leur sommeil et ainsi mieux performer.
Est-ce que le neurofeedback est infaillible et réussit à tout coup pour tout ?
Non. Comme tout traitement, y compris la médication, il se peut que le traitement ne fonctionne pas.
Est-ce que tout le monde est un bon candidat au neurofeedback ?
Non. Une première évaluation nous permet de déterminer de façon précise si, oui ou non, vous êtes un bon candidat pour le neurofeedback.
Est-ce que ça fait mal ?
Non. Le neurofeedback est sans douleur.

Nous utilisons des cookies pour nous assurer du bon fonctionnement de notre site, pour personnaliser notre contenu et nos publicités, pour proposer des fonctionnalités disponibles sur les réseaux sociaux et afin d’analyser notre trafic. Nous partageons également des informations, quant à votre navigation sur notre site, avec nos partenaires analytiques, publicitaires et de réseaux sociaux. Politique de Cookies